La délégation canadienne officielle conduite par l’honorable Jean-Yves Duclos, Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social a collaboré activement à l’élaboration et aux discussions qui ont mené à l’adoption du Nouvel agenda urbain lors de la conférence Habitat III tenue à Quito, en Équateur. Les principes adoptés durant Habitat III orienteront les stratégies nationales et internationales que le Canada est en train de mettre en place en termes de logement, réduction de la pauvreté, infrastructures, changements climatiques ainsi que d’autres défis. Michel Max Raynaud a représenté l’Université de Montréal comme membre de Habitat UNI –University Network Initiative Habitat - et membre de General Assembly of Partners des Nations Unies (Academia Research Constituent Group).

Michel Max Raynaud Directeur de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge a été invité à Genève par UN Habitat et UNECE à participer à la réunion d’experts dans le but de tirer les leçons de deux décennies de projets et programmes sur la sécurité urbaine et émettre les recommandations sur la mise en oeuvre du Nouvel Agenda Urbain pour des villes plus sures et plus inclusives.

Titre : La démarche de « projets novateurs de TOD » dans le Grand Montréal : l’innovation instrumentale et le projet au service de la territorialisation du plan métropolitain et de la « co-production » urbanisme-transport

ONU-Habitat a réuni des experts à Guadalajara pour émettre les recommandations sur les réalités, le rôle et les pouvoirs des métropoles en vue de la rédaction finale du Nouvel Agenda Urbain.

Michel Max Raynaud comme Directeur de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge et représentant de l’Université de Montréal a été invité à débattre sur la gouvernance métropolitaine. Sa présentation « Top down ou collaborative system ? The case of Montréal and the CMM » a plaidé pour une gouvernance partagée de la métropole.
Les métropoles sont des nouvelles « normalités ». Elles se multiplient dans les pays en développement et se généralisent dans des proportions jusqu'ici rarement atteintes.
Le phénomène tout à fait récent de cette explosion des métropoles du Sud n'a pas encore été évalué ni dans son ampleur ni dans sa « physiologie » On évalue encore mal les problèmes absolument nouveaux qu'il soulève au niveau des risques sanitaires, environnementaux et sociaux pour les populations qui affluent dans ces nouvelles métropoles. Ces métropoles n'en sont qu'à leur début de croissance. Et comme urbanistes nous sommes en face d'un phénomène qui dépasse nos outils d'analyse habituels. Comment pourrait-on gérer la métropole et évaluer l’efficacité de sa gestion sans données probantes sur la nature de la métropole et son fonctionnement. « On ne peut ce que l’on ne mesure pas « nous rappelle Michael Bloomberg ex maire de New York.

Aller au haut