Le Dossier thématique OIC de Danielle LABBE, qui sera réalisé par un étudiant à la maîtrise ou au doctorat, intitulé " Le rôle du secteur prive dans la production d'espaces publics ouverts dans le cadre de projets urbains multifonctionnels ", a été retenu pour un financement global de 5 000$ lors de l'appel à projet de l'hiver 2020.

Ce projet s’inscrit dans l’axe de recherche 3. La mondialisation des normes urbanistiques et architecturales. Ce dossier thématique a pour objectif de dresser un état des lieux concernant l’implication du secteur privé dans la production d’espaces publics ouverts dans le cadre de grandes opérations urbaines multifonctionnelles à dominante résidentielle (par exemple : redéveloppement de secteurs de centres urbains existants, nouveaux grands ensembles planifiés ou construits en zone périurbaine, etc.).

Le Projet de recherche appliquée OIC de Danielle LABBE et Clément MUSIL (chercheur associé à la CRC Urbanisation Durable dans le Sud Global), intitulé " Marchés immobiliers émergents et fabrique des territoires périurbains des métropoles vietnamiennes (Hanoi - Ho Chi Minh Ville) - L'écologie des acteurs de l'immobilier en question ", a été retenu pour un financement global de 10 000$ lors de l'appel a projet de l'automne 2019.

Ce projet s'inscrit dans les activités engagées par le S SUD LAB de l'OIC, s'inscrivant dans l’axe de recherche 1. L’évolution des marchés commerciaux et résidentiels. Ainsi, il s'agit de réfléchir à la construction et reconstruction dans le contexte des changements climatiques de collectivités en utilisant des critères de durabilité. et de résilience. Par ailleurs, il sera pertinent de comprendre comment les normes urbanistiques et architecturales évoluent avec les nouveau enjeux, tout en considérant des cas à l'international qui ont permis de construire des nouveaux projets immobiliers visant à vivre avec l'eau.

Le Projet de recherche appliquée OIC de Jean-Philippe MELOCHE et Sébastien LORD, intitulé " La demande foncière pour les secteurs résidentiel et commercial : comment trouver le bon équilibre ? ", a été retenu pour un financement global de 10 000$ lors de l'appel a projet de l'automne 2019.

Ce projet de recherche s’inscrit dans l’axe de recherche 1. L’évolution des marchés commerciaux et résidentiels. Il vise à comprendre la relation entre la demande pour les projets immobiliers résidentiels et commerciaux par rapport à la croissance démographique des villes. Il s’interroge sur la répartition spatiale de ces deux secteurs et sur l’évolution de leur importance dans le temps et dans l’espace. Il propose plusieurs pistes de réflexion en lien direct avec les questions soulevées dans cet axe de recherche.

Le Projet de recherche appliquée OIC de Isabelle THOMAS et Philippe BERNARD-REYMOND (étudiant), intitulé " Aménagement résilient du territoire suite aux inondations 2017-2019 ", a été retenu pour un financement global de 10 000$ lors de l'appel a projet de l'automne 2019.

Ce projet de recherche s’inscrit dans l’axe de recherche 1. L’évolution des marchés commerciaux et résidentiels et 2. L’impératif du virage écologique et le marché immobilier. Ainsi, il s'agit de réfléchir à la construction et reconstruction dans le contexte des changements climatiques de collectivités en utilisant des critères de durabilité. et de résilience. Par ailleurs, il sera pertinent de comprendre comment les normes urbanistiques et architecturales évoluent avec les nouveau enjeux, tout en considérant des cas à l'international qui ont permis de construire des nouveaux projets immobiliers visant à vivre avec l'eau.

Le Projet de recherche appliquée OIC de Sébastien LORD et Alexandre MALTAIS (chercheur postdoctoral OIC), intitulé " Les marchés alimentaires de la région métropolitaine de Montréal ", a été retenu pour un financement global de 10 000$ lors de l'appel à projet de l'hiver 2020.

Ce projet de recherche s’inscrit dans l’axe de recherche 1. L’évolution des marchés commerciaux et résidentiels et 2. L’impératif du virage écologique et le marché immobilier et 3. La mondialisation des normes urbanistiques et architecturales. Les marchés connaissent dans plusieurs villes occidentales un regain de popularité, souvent accompagné d’investissements des administrations municipales pour leur entretien, leur mise en valeur ou leur développement. À Montréal, de nouveaux marchés privés voient le jour et d’anciens marchés publics sont rouverts, tout comme l’implantation de « marchés de quartier » à proximité des stations de métro. L’émergence de circuits courts de distribution des produits agricole est également visible. Cette évolution du réseau montréalais de marchés interroge le rôle de cet équipement. S’agit-il d’une occasion d’améliorer l’offre de produits frais dans les zones moins bien desservies ? d’une vitrine pour la production locale ? d’incubateurs d’entreprises bioalimentaire ? d’attraits touristiques ? de vecteurs de développement immobilier ou de revitalisation des quartiers anciens ? d’espaces de sociabilités à la fois traditionnelles et cosmopolites ?

Le Projet de recherche appliquée OIC de Danielle DAGENAIS, avec Françoise BICHAI (École polytechnique), Peter BACH (ETH Zurich), Martijn KULLER (ETH Zurich) et Peter VANROLLEGHEM (U. Laval.), intitulé " Mise à l'épreuve et adaptation de l’outil multicritères techniques et sociaux de planification de l’implantation des infrastructures vertes de gestion des eaux pluviales SSanto pour les municipalités du Québec (cas de Trois-Rivières) ", a été retenu pour un financement global de 10 000$ lors de l'appel à projet de l'hiver 2020.

Ce projet de recherche s’inscrit dans l’axe de recherche 2. L’impératif du virage écologique et le marché immobilier, par sa prise en compte multicritères de considérations environnementales, techniques, aménagistes et sociales, ce projet de mise à l'épreuve et d'adaptation d'un outil performant développé à Melbourne, Australie pour la planification des infrastructures vertes de gestion des eaux pluviales. Il constitue également le prolongement d'un projet déjà réalisé par la membre demandeur. En effet, la mise en place des infrastructures vertes dans nos municipalités  s'effectue trop souvent de façon opportuniste ou superficielle (verdissement) et sans réflexion sur l'optimisation de l'ensemble des bénéfices pouvant être apportés par les infrastructures vertes. L'adaptation d'un outil transdisciplinaire multicritères (SSanto) compatible avec ARCGIS pourrait faciliter une planification plus raisonnée de l'implantation des infrastructures vertes pour la gestion des eaux pluviales dans une perspective de développement durable et de résilience. Il s'agit à terme de tirer parti de tous les avantages des infrastructures vertes. Un tel outil pourra également faciliter le travail et le dialogue transdisciplinaire, si essentiel pour l'implantation optimale des infrastructures vertes.

Le Projet de recherche appliquée OIC de Michel Max RAYNAUD et Clément DEMERS intitulé " Programme CODEX  - Grands programmes urbains ", a été retenu pour un financement global de 10 000$ lors de l'appel à projet de l'hiver 2020.

Ce projet de recherche s’inscrit dans l’axe de recherche 3. La mondialisation des normes urbanistiques et architecturales. Le Programme CODEX cherche à constituer un répertoire de grands programmes urbains à partir de données fiables et surtout comparables entre les différents programmes urbains d’envergure programmés et construits au Canada (et dans le monde).

Le Projet de publication d'un ouvrage de Gérard BEAUDET intitulé " Banlieue dites-vous? La suburbanisation dans la région métropolitaine de Montréal ", a été retenu pour un financement global de 5 000$ lors de l'appel à projet de l'hiver 2020.

Cette publication s’inscrit dans l’axe de recherche 1. L’évolution des marchés commerciaux et résidentiels et 3. La mondialisation des normes urbanistiques et architecturalesLa production de la banlieue a été, avec la transformation du centre-ville de Montréal, la forme dominante du développement urbain et immobilier de l'après-guerre. Malgré cela, elle reste mal connue. Par ailleurs la banlieue est désormais au cœur des réflexions sur l'aménagement des territoires métropolitains, notamment en regard du devenir des banlieues les plus anciennes et de la poursuite de l'étalement urbain. La construction du REM, l'autonomie croissante des municipalités de banlieue, notamment en ce qui concerne les grands équipements collectifs, ainsi que, de manière plus générale, le redéveloppement des banlieues des Trente Glorieuses, se fondent sur des stratégies immobilières qui ont longtemps été l'apanage de la ville-centre. Celles-ci, et les acteurs qui leur sont associés sont toutefois mal connues, d'autant que la banlieue elle-même reste perçue à travers un cadre de référence qui est généralement en décalage de quelques décennies par rapport à ce qu'elle est devenue et ce qu'elle est en voie de devenir.

Professeurs-chercheurs de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal :


Gérard Beaudet3
Danielle Dagenais3
Claudine Deom1
Jacques Fisette
Danielle Labbé3
Virginie Lasalle2
Sébastien Lord3
Jean-Philippe Meloche3
Paula Negron3
Sylvain Paquette3
Michel Max Raynaud3
Franck Scherrer3
Isabelle Thomas3
Juan Torres3
Nicole Valois3

1 École d’architecture
2 École de design
3 École d’urbanisme et d’architecture de paysage

 

Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal
Raphaël Fischler, Professeur, Doyen
Juan Torres, Professeur, Vice-Doyen à la recherche et aux partenariats
Sébastien Lord, Professeur, Directeur de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge
Michel Max Raynaud, Professeur, École d'urbanisme et d'architecture de paysage

School of Urban Planning, McGill University
Richard G. Shearmur, Professor, Director of the School of Urban Planning

Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal
Raphaël Fischler, Professeur, Doyen, Faculté de l’aménagement
Marie-Josée Hébert, Vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l'innovation
Sébastien Lord, Professeur, Directeur de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge

Ivanhoé Cambridge
Julie Lafrenière, Vice-présidente, Développement, Centres commerciaux
Éric Fortin, Directeur, Acquisition de talent
Christine Babkine, Directrice, Responsabilité sociale d'entreprise

La programmation de recherche de l’Observatoire est structurée en 3 axes de recherche avec lesquels s’articulent des projets de recherche fondamentale et appliquée réalisés par des chercheurs, des experts, des étudiants des cycles supérieurs et des stagiaires postdoctoraux.

1. L’évolution des marchés commerciaux et résidentiels

Cet axe vise à comprendre la transition démographique et ses effets sur la société et son fonctionnement, allant au-delà des notions de base que sont le vieillissement de la population ou la diversification des types de ménages. Conjugués aux nouvelles technologies, cette transition amène des changements profonds dans les modes de vie, d’habiter, de travailler, de consommer et de se divertir. La variabilité des comportements et la mobilité urbaine fluidifient les espaces de vie, mais le développement urbain et immobilier continue de s’inscrire dans une logique de permanence. De manière similaire, les pratiques de consommation évoluent, de même que les conditions de travail, donnant aux espaces construits disponibles, à leur localisation et aux logiques immobilières de nouvelles significations dans l’espace urbain. C’est l’ensemble du marché immobilier qui est appelé à revoir à la fois les produits, les services offerts et les façons de les mettre en marché. Quelle est la compréhension et quelles sont les réponses de l’offre immobilière ? Comment l’espace se redistribue-t-il entre les nouveaux besoins en logement, les espaces publics, les lieux de consommation et de production ? Comment cette transition mène-t-elle à de nouveaux besoins en logement ? Comment les secteurs commerciaux, de bureau ou de services adaptent-ils leur développement, leur localisation et leurs produits à cette transition ? Qu’amène cette transition dans le développement des espaces de travail (corporatif, collectif, domestique), de consommation et de divertissement ? Quelles formes innovantes peuvent prendre les environnements urbains ou architecturaux pour s’inscrire dans cette transition ?

2. L’impératif du virage écologique et le marché immobilier

Cet axe de recherche vise à développer des connaissances sur les perspectives du développement durable qui influencent, structurent ou dynamisent le développement urbain et immobilier au Québec. Les préoccupations environnementales s’imposent comme un élément incontournable dans plusieurs secteurs stratégiques du marché immobilier. Elles sont susceptibles d’avoir des incidences différenciées et contrastées selon les contextes, les secteurs d’intervention et les échelles spatiales. Dans quelle mesure et de quelle manière ce changement amène-t-il à revoir les rôles et interactions des acteurs du marché : les promoteurs privés, publics et communautaires, les municipalités, les professionnels de l’aménagement et du marché immobilier, les consommateurs ? Dans un contexte de changements climatiques, comment différentier les stratégies pour les environnements déjà construits et pour ceux en développement ? Quelles innovations voient-elles le jour au niveau des produits immobiliers, de l’aménagement des bâtiments, leur localisation ou des dispositifs de financement, de mise en œuvre et de gestion immobilière ?

3. La mondialisation des normes urbanistiques et architecturales

Cet axe de recherche documente la mondialisation de la promotion immobilière et ses effets sur le développement immobilier. Depuis plusieurs décennies, s’observent dans des métropoles comme Montréal des phénomènes de compétition fonctionnelle et de spécialisation territoriale. Le commerce de franchises internationales remplace en de nombreux endroits le commerce traditionnel local, transformant non seulement les aménités de quartier, mais en ayant des incidences diverses sur les caractéristiques et les accessibilités des milieux de vie, de travail, de consommation et de loisirs. Si ces processus sont connus et étudiés depuis plusieurs années, des connaissances fondamentales et appliquées sont encore à construire, notamment au niveau des effets sur l’image et l’identité des quartiers, des dynamiques de marketing territorial ainsi que sur le financement et la gouvernance territoriale. De même, la globalisation de certains acteurs du développement immobilier—promoteurs, investisseurs, financiers, agents et autres—fait émerger de nouvelles pratiques. Quelles sont ces pratiques ? Comment sont-elles diffusées ? Comment influencent-elles le développement urbain à l’égard de ses normes, de son financement et de sa cohérence territoriale ? Comment les réseaux d’acteurs évoluent-ils dans ce contexte de changements et quels types de développements immobiliers s’installent-ils sur le territoire ? Comment une métropole comme Montréal se positionne-t-elle face à ces pressions et défis ?

« La bataille pour le développement durable sera gagnée ou perdue dans les villes » Dr Joan Clos

RESAUD, programme initié et porté par ONU Habitat et l’Université de Montréal, appuie les gouvernements, nationaux, régionaux et locaux d’Afrique francophone dans leur volonté de créer les conditions structurelles - physiques et humaines-  et les conditions institutionnelles pour un développement durable, sur, sain, inclusif et économiquement équitable de leurs villes et métropoles

RESAUD repose sur l’alliance opérationnelle des villes et métropoles avec leurs universités locales, conçue comme un dispositif stratégique de savoirs et de savoir-faire au service de la gestion des aires métropolitaine et de l’efficacité des politiques urbaines.

RESAUD s’inscrit dans la 44ème résolution de la XVe Conférence de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

RESAUD s’inscrit dans les cibles de l’Objectif 11 de l’Agenda 2030 du développement durable adopté à New York en septembre 2015 et participe à la mise en œuvre du Nouveau Programme pour les Villes - Agenda Urbain 2036 - adopté en octobre 2016 lors de la Troisième Conférence des Nations Unies sur les établissements humains (Habitat III).

Qui sommes-nous

RESAUD s’inscrit dans la 44ème résolution de la XVe Conférence de l’Organisation Internationale de la Francophonie (Dakar 2014) qui encourage l’expression d’une vision francophone dans la mise en œuvre du Nouveau Programme pour les Villes.

 

RESAUD est porté conjointement par l’Université de Montréal (Canada) et ONU Habitat (Nairobi, Kenya). Officialisé en 2014 par la signature d’un Mémorandum d’entente de partenariat entre les deux institutions,  RESAUD a été créé dans la perspective de la mise en œuvre des agendas de développent – Agenda 2030 et  Agenda Urbain 2036 - par les États Membres d’Afrique francophone; agendas de développement dont les gouvernements sont les opérateurs, des opérateurs d’autant plus efficaces qu’ils peuvent s’appuyer sur une administration publique compétente capable de dialoguer et collaborer avec une société civile dynamique et innovante.

 

RESAUD réunit la triple expertise d’ONU Habitat, des chercheurs et praticiens en sciences urbaines – montage et gestion de projets, planification, sécurité publique, résilience des infrastructures et des écosystèmes - de Campus Montréal (Université de Montréal et École polytechnique) et des chercheurs affiliés à des universités d’Afrique francophone.

 

Notre mission

RESAUD se donne pour mission de mettre sa triple expertise au service de la demande publique pour réduire la pauvreté et l’insécurité des établissements humains dans les villes d’Afrique francophone en renforçant la capacité des gouvernements à prendre des décisions éclairées par des preuves.

Notre conviction

Les solutions locales à l’efficacité prouvée portées par une gouvernance responsable sont un puissant levier pour améliorer les politiques urbaines de lutte contre la pauvreté, l’exclusion et l’insécurité.

RESAUD est accrédité comme Organisation de la Société Civile auprès du Conseil Économique et Social des Nations Unies (ECOSOC).

RESAUD est reconnu comme priorité institutionnelle par l’Université de Montréal.

RESAUD est le point focal de l’initiative Habitat UNI pour l’Université de Montréal.

RESAUD est membre de la Campagne Urbaine Mondiale et  membre de l’Academia and Research Constituent Group (ARCG) de la General Assembly of Partners (GAP) d’Habitat III.

Les étapes préparatoires de la construction du Programme RESAUD ont été soutenues financièrement par le Gouvernement canadien (Conseil de Recherche en Sciences Humaines), l’Organisation Internationale de la Francophonie (Institut de la Francophonie pour le Développement Durable) et l’Université de Montréal (Direction des Affaires internationales et de la Francophonie).

La justification de RESAUD

L’Afrique sub-saharienne connait le taux annuel de croissance urbaine le plus élevé au monde. En 2030, un Africain sur deux sera citadin. L’urbanisation exponentielle, phénomène inédit par son rythme et son ampleur, est le défi majeur de gouvernance  pour les villes du XXIème siècle.

Dans les villes d’Afrique sub-saharienne aujourd’hui six citadins sur dix, vivent dans des habitats informels, dans des zones densément peuplées, polluées et écologiquement fragiles, sans accès à des services de base de qualité.

Cette insécurité multidimensionnelle dont les femmes et les enfants sont les premières victimes est moralement inacceptable, mine le développement humain, freine le développement économique, expose à des risques sanitaires majeurs et nourrit la criminalité, la violence et l’instabilité sociale.

Il ne peut y avoir de ville durable, sure, saine et inclusive (objectif 11 de l’agenda 2030) sans développement humain ; pas de développement humain sans sécurités essentielles de vie - sécurité d’accès aux services de base (eau, assainissement et hygiène, énergie), sécurité foncière et d’habitat, sécurité environnementale et sécurité des espaces urbains (objectif 1 et 6 et de l’agenda 2030); et pas de sécurités essentielles sans une bonne gouvernance urbaine - responsable et transparente et portée par une administration locale compétente et ouverte -  (objectif 16 de l’agenda 2030).

Pour ne laisser personne rater le train du développement économique, les élus  et les décideurs politiques doivent s’appuyer sur les savoirs et la créativité de la Société Civile et de leurs Institutions académiques et de recherche, trouver des solutions qui sortent des sentiers battus mais qui soient fondées sur des preuves solides, fiables et mesurables : conditions sine qua non pour des politiques urbaines efficaces et durables.

Notre organisation

RESAUD est un programme initié et porté conjointement par l'Université de Montréal (Canada) et ONU Habitat (Nairobi, Kenya). Officialisé en 2014 par la signature d'un Mémorandum d'entente de partenariat entre les deux institutions. RESAUD a été créé dans la perspective de la mise en œuvre du Programme 2030 et du Nouveau programme pour les villes par les États Membres d’Afrique francophone ; programmes qui reconnaissent que la durabilité mondiale « sera gagnée ou perdue dans les villes ». Les gouvernements nationaux, régionaux et locaux en sont les opérateurs.

RESAUD réunit des experts d'ONU Habitat, des chercheurs et praticiens en sciences urbaines – montage et gestion de projets, planification, sécurité publique, résilience des infrastructures et des écosystèmes - de Campus Montréal (Université de Montréal et École polytechnique) et des chercheurs affiliés à des universités d'Afrique francophone.
RESAUD est organisé en un réseau de Pôles nationaux Gouvernance et Sécurités. Le siège de RESAUD est hébergé à l'Observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier de la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal.

En Afrique francophone cinq Pôles RESAUD nationaux Gouvernance et Sécurités hébergés dans les universités métropolitaines ont été créés depuis 2014.

  • Pôle RESAUD Burkina Faso de l'Université de Ouagadougou
  • Pôle RESAUD Cameroun de l'Université Yaoundé
  • Pôle Côte d'Ivoire de l'Université Félix Houphouët Boigny
  • Pôle RESAUD Guinée de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry
  • Pôle RESAUD Sénégal de l'Université Cheikh Anta Diop

Chaque Pôle RESAUD national fonctionne sur la base de partenariats contractuels avec les gouvernements nationaux, régionaux et municipaux. Il met au service de la demande publique locale sa triple expertise : expertise du terrain de l'université métropolitaine, expertise de recherche et développement d'outils de Campus Montréal et expertise de monitoring d'ONU Habitat.

Co-Fondateurs

  • Dr Alioune Badiane (ex Directeur des Programmes d'ONU Habitat & Président de The Urban Think Tank Africa – Centre d'excellence pour la réflexion et l'action urbaines)
  • Pr Michel Max Raynaud (Professeur École d'urbanisme et d'architecture de paysage & Directeur de l'Observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal)

Direction et gestion

Direction des Programmes d'ONU Habitat (Programme des Nations Unies pour les Établissements Humains) Nairobi - Kenya
Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal - Québec, Canada

  • Co-Directeur : Pr Michel Max Raynaud (École d'Urbanisme Université de Montréal)
  • Co-Directeur : Pr Rafael Tuts (Direction des programmes ONU Habitat)
  • Directeurs adjoints : Dr Rémy Sietchiping (ONU Habitat Nairobi)

                                  Pr Maurice Cusson (École de Criminologie Université de Montréal)
                                  Pr Benoît Robert (École Polytechnique Campus Montréal)

  • Coordination & Communication : Dr Maryse Hamelin-Raynaud

RESAUD Burkina Faso

Université de Ouagadougou (Burkina Faso)
Direction et gestion
Département de géographie
               Directeur de l'Observatoire: Dr Lassane Yameogo
Ville de Ouagadougou

RESAUD Cameroun

  • Université de Yaoundé
  • Direction et gestion
  • Département de géographie

               Co-Directeur de l'Observatoire: Pr Benoit Mougoué

  • École Nationale Supérieure Polytechnique

               Co-Directeur de l'Observatoire : Pr Thomas Tamo Tatietsé

  • Communauté urbaine de Yaoundé

RESAUD Cote d'Ivoire

  • Université Félix Houphouët-Boigny
  • Direction et gestion
  • Institut de Géographie Tropicale
  •                Co-Directeur de l'Observatoire : Pr. Ousmane Dembélé
  •                Co-Directrice de l'Observatoire : Dr. Agnès Gnammon Adiko
  • District autonome d'Abidjan

RESAUD Sénégal

  • Université Cheikh Anta Diop (Sénégal)
  • Direction et gestion
  • École Supérieure d'Économie Appliquée ESEA (ex ENEA)
  •                    Directeur de l'Observatoire : Dr Aly Timera
  • Ville de Dakar

RESAUD Guinée

  • Université Gamal Abdel Nasser de Conakry
  • Ville de Conakry

 

Aller au haut