Adil Bouking Le Devoir BellechasselIGHT

Exemple de priorisation de la mobilité douce sur la rue Bellechasse, Montréal (Crédit: Adil Boukind, Le Devoir)

 

La Veille sur l’innovation en aménagement en réponse à la crise de la Covid-19 est une initiative de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge, avec son équipe de professeurs et d’étudiants de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. 

La veille consiste en un travail de suivi de différentes innovations en aménagement pour des fins de recherche, d’enseignement et de diffusion des connaissances. Il s’agit d’un projet universitaire réalisé de manière ouverte, objective et indépendante. 

Cette veille vise à générer des connaissances vulgarisées pour contribuer à la réflexion sur la pratique de l’aménagement au Québec, au regard critique sur la ville d’ici et d’ailleurs et à éclairer la prise de décision en aménagement dans un contexte de changements. 

Ce travail s’inscrit dans une perspective internationale des effets de la pandémie de Covid-19 sur les villes, leur développement et leur qualité de vie. Le projet a initialement été mis en place avec une étape descriptive. Il sera appelé à évoluer dans une perspective d’échanges et de discussions avec les prochaines étapes de son développement. 

 

Lien vers le site : Veille sur l’innovation en aménagement en réponse à la crise de la Covid-19

*** Activité reportée *** Un problème lié à la mobilité internationale en Europe et à la crise du coronavirus nous oblige à reporter la conférence de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge. Nous en sommes désolés. L’activité est reportée en mai. Détails à venir.

Après deux interventions liminaires de Sabine Barles et de Franck ScherrerPhilippe Genois-Lefrançois propose une mise en contexte sur : Le déploiement territorial de l'économie circulaire

*** Activité reportée *** Un problème lié à la mobilité internationale en Europe et à la crise du coronavirus nous oblige à reporter la conférence de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge. Nous en sommes désolés. L’activité est reportée en mai. Détails à venir

L’écologie territoriale vise à comprendre la nature et les modalités des interactions entre sociétés et nature, notamment  du point de vue des échanges énergétiques et matériels internes aux anthroposystèmes et de ceux qui se produisent entre ces derniers. Or, ces échanges constitutifs du métabolisme urbain sont liés aux conditions sociales, politiques, économiques et techniques de leur production. Quels sont par conséquent les enjeux de la transition écologique en cours ?

BOURSE D’EXCELLENCE URBAINE DE L’OBSERVATOIRE IVANHOÉ CAMBRIDGE

  • Deux (2) bourses de 3 000 $ - Programmes de maîtrise avec mémoire
  • Deux (2) bourses de 1 500 $ - Programmes de maîtrise avec travail dirigé (TD) (6 crédits et plus)

Processus d'attridution

 

BOURSE FOCUS URBAIN DE L’OBSERVATOIRE IVANHOÉ CAMBRIDGE

  • Trois (3) bourses de 10 000 $ (5 000 $ / an pendant 2 ans) - Programmes de maîtrise avec mémoire

Processus d'attibution

Le séminaire, donné par Clément Musil et Danielle Labbé, abordera les cas de Hanoi et Ho Chi Minh Ville (Vietnam). Au début des années 1990, dans le prolongement des réformes ayant placé le Vietnam sur la voie de « l’économie de marché à orientation socialiste », un marché immobilier est réapparu dans les grandes villes du pays. Poussés par une croissance rapide des populations urbaines et par un taux de croissance économique en constante progression, aujourd’hui les marchés immobiliers de Hanoi, la capitale du Vietnam, et de Ho Chi Minh Ville, la métropole économique du Sud, connaissent une véritable effervescence. Toutefois, ce dynamisme spectaculaire qui se traduit notamment par la construction d’opérations immobilières résidentielles d’échelles inédites pour le pays n’est pas sans conséquence et entraine une profonde transformation des espaces périurbains de ces métropoles. Dans une mise en perspective entre les cas de Hanoi et Ho Chi Minh Ville, cette communication propose un éclairage sur les principales composantes de ces marchés émergents et leurs effets sur la production urbaine.

Ho Chi Minh-Ville, métropole de plus de 10 millions d’habitants, constitue le principal moteur économique du Vietnam – désormais considéré comme une « économie émergente », un « pays à revenus intermédiaires ». En raison de la hausse du niveau de vie des ménages urbains, les pratiques de mobilité changent. Les villes du Vietnam, et Ho Chi Minh Ville en particulier, sont connues pour l’usage répandu chez les citadins du deux-roues motorisé pour leurs déplacements. L’enrichissement progressif des classes moyennes et moyennes-supérieures les poussent à délaisser l’usage de la motocyclette pour l’achat d’automobiles.

Alors que la métropole du sud du Vietnam est désormais confrontée à des problématiques de congestion de plus en plus prégnantes de son trafic routier, les autorités métropolitaines prévoient la modernisation du réseau de transport public existant et surtout la construction d’un vaste réseau de transport public comprenant entre autres des lignes de métro et de bus en site propre. La création de ce réseau constituerait une solution technique pour améliorer les conditions de déplacement des citadins dans l’espace métropolitain et également une opportunité d’aménager et de réaménager la métropole avec la construction de nouveaux quartiers s’inspirant des principes du Transit-Oriented Development.

Sur la base d’un état des lieux relatif au développement du réseau de transport public, cette communication examine sa mise en œuvre, qui n’est pas sans poser des contraintes de taille aux pouvoirs publics : financement du réseau ; accès aux emprises foncières et développement de nouveaux quartiers urbains ; pilotage institutionnel du réseau dans sa phase de construction et d’exploitation.

L’Observatoire a initié les séminaires-ateliers PRAXIPOLIS avec comme objectif de développer les liens entre la recherche en urbanisme et l’urbanisme opérationnel. Il réunit : étudiants et professeurs-chercheurs.

Des étudiants – maitrise, doctorat et post doctorat – ont participé au premier atelier séminaire PRAXIPOLIS consacré au problème de l’habitat précaire dans les pays en développement autour des résultats d’une recherche qui porte sur l'histoire de l'édification urbaine de Dakar incluant les nouveaux programmes de développement urbain ; en particulier le programme de la ville nouvelle de Diamniadio en cours de réalisation et les programmes de régularisation foncière des quartiers précaires de Dakar.

Des nouvelles problématiques obligent à revisiter l’ensemble des paramètres de conception et de construction toujours dans l’idée de produire de la ville intense, écoresponsable, et attirante pour les futurs habitants ; c’est ainsi que les matériaux de construction ont été reconsidérés afin qu’ils soient le plus possible biosourcés, décarbonés, recyclables et permettant une nouvelle écriture architecturale ainsi que des chantiers en site urbain dense et occupé, rapides, et un minimum de nuisances pour les habitants. Plusieurs projets seront présentés : une tour d’habitation Hypérion à Bordeaux, des immeubles de logements à Paris, un Hôtel « Jo and Joe » Porte de Gentilly, deux immeubles entièrement en bois lauréats du concours « réinventer la Métropole », dans la Ville Nouvelle de Sénart et une tour de bureaux en bois à Strasbourg. Ce sujet du bois dans la construction permet d’aborder des thèmes comme la flexibilité du logement dans le temps, l’extension et la modification des immeubles.

*Avec le soutien de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge.

Mme Paola VIGANÒ est à l’origine avec Bernardo SECCHI du concept de ville poreuse qui porte sur l’adaptabilité de la ville (et des tissus aquatiques) aux risques environnementaux.

L’Observatoire Ivanhoé Cambridge est partenaire du colloque de la recherche de l’Association des Cycles Supérieurs en Aménagement (ACSA) depuis sa création en 2015. Pour le 50° anniversaire de la Faculté de l’aménagement l’Observatoire a offert quatre prix scientifiques et cinq prix du public.

Ce colloque a porté sur le thème des Villes Saturées. Quatre sous-thèmes se sont détachés de cette problématique : la croissance zéro, les villes au pouvoir, les populations mobiles et la forme urbaine. Durant cet événement bilingue, les participants ont eu la possibilité de prendre part à une étude de cas, des ateliers, des activités ludiques, des panels de discussion et à de nombreuses conférences.

Développement Urbain Intelligent : de l’action locale vers le global. Recommandations canadiennes pour une coopération triangulaire. 

Au-delà des pratiques conventionnelles de la coopération Nord-Sud et Sud-Sud, l'ICCCASU favorise un dialogue triangulaire entre les pays africains, le Canada et la Chine. Sous le haut parrainage du gouvernement de la République du Cameroun, en collaboration avec l'ONU-Habitat et l'Université d'Ottawa, la Seconde Conférence Internationale sur l'Urbanisation Durable au Canada, en Chine et en Afrique (ICCCASU II – Yaoundé), Développement urbain intelligent : de l'action locale vers le global, s'est tenue du 12 au 14 décembre 2017 à Yaoundé, capitale du Cameroun, pays bilingue et représentatif des enjeux d'urbanisation et des défis du développement urbain en Afrique. Suite à la première édition tenue au Canada en 2015 et en prévision de celle devant se tenir en Chine en 2019, l'ICCCASU II – Yaoundé 2017 a constitué une des premières manifestations scientifiques d'envergure intercontinentale après la Troisième Conférence des Nations Unies pour les établissements humains (Habitat III) qui s'est tenue à Quito en octobre 2016 et à l'issue de laquelle a été adopté le Nouveau Programme pour les villes 2016-2036. Le cadre d'action de cette deuxième Conférence s'inscrit au sein d'une coopération triangulaire Amérique du Nord, Asie et Afrique.

Stimulé par les grands travaux d’infrastructures, le secteur de l’immobilier résidentiel est en effervescence dans la région métropolitaine. Construit-on trop de copropriétés ? Faut-il craindre une flambée des prix, alors que les investisseurs étrangers sont de plus en plus nombreux à tourner leurs regards vers Montréal ? Les grands projets mixtes qui voient le jour s’intégreront-ils de façon harmonieuse à l’écosystème économique et social de la région ? Et saura-t-on bénéficier collectivement de toute la valeur de ces investissements ?

Aller au haut