Des étudiants au doctorat et en maitrise, et des docteurs visiteurs, ont participé à la journée de réflexion et d’échanges avec Pedro Ortiz. La réflexion et la discussion ont porté sur les échelles métropolitaines, les « Metro-matrix » (Mental Maps) des métropoles du monde avec un développement plus particulier du modèle métropolitain montréalais; et sur le « Metroplitan Génoma ».

Les travaux de Pedro B. Ortiz traitent du phénomène de la croissance rapide des métropoles et de l’urgence des réponses à trouver. Il a développé une méthode pour une croissance intelligente des métropoles selon trois échelles et mise en application la première fois pour le Plan Métropolitain de Mardrid : le modèle Metro-Matrix-à l’échelle métropolitaine ; le principe du développement urbain équilibré (Balanced Urban Development) à l’échelle urbaine ; et la Centralité urbaine (TOD)à l’échelle la plus petite mêlant culture, patrimoine et modernité.

21 juin 2017 Michel Max Raynaud organise la session : Observatoires urbains et gouvernance des régions / Pôles RESAUD Gouvernance et Sécurités d’Afrique francophone

L’urbanisation réussie des villes et métropoles est la clé pour extraire des populations et des pays entiers de la pauvreté. La capacité des pays à profiter de cette opportunité de croissance économique dépend de leur efficacité à résoudre dans leurs villes et métropoles les multiples formes d’insécurité « qui ne sont plus une simple pathologie criminelle, mais un véritable problème de développement ».

Le réseau « UniversCités », créé en 2015 par L’Université de Genève, a pour mission de promouvoir l’échange d’expertise autour des thèmes retenus par les Villes et les Universités partenaires. Cette année sous le thème « Les villes face à la menace terroriste : Comment mieux intégrer l’échelon local et régional dans la gouvernance globale de la sécurité ? » le Global Studies Institute de l’Université de Genève a réuni élus, experts et universitaires pour confronter et pour échanger les regards et les analyses, afin de mieux comprendre la violence terroriste et de développer une expertise partagée entre le monde académique et politique.

Organisées par l’Institut d’Urbanisme de l’ALBA – Académie Libanaise des Beaux-Arts (ALBA) et l’Université de Balamand les 19èmes Rencontres de l’APERAU 2017 ont réuni une soixantaine d’universitaires qui ont débattu sur le rôle de la mondialisation et de la globalisation dans la transformation des villes.

Les rencontres ont débuté par l’assemblée générale de l’APERAU, présidée par Franck Scherrer, directeur de l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l’Université de Montréal puis ont été suivies d’un colloque de trois jours et d’une journée d’excursions/visites urbaines à Beyrouth. Les rencontres annuelles de l’APERAU sont organisées en alternance par l’APERAU France/Europe, l’APERAU Afrique/Moyen Orient et l’APERAU Amériques. Elles ont lieu dans une ville choisie par l’université- membre de l’APERAU - organisatrice de l’événement. Les prochaines rencontres de l’APERAU auront lieu à Lille (Université de Lille Sciences et Technologies) en juin 2018.

L’Observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier, en rejoignant en 2014 la Campagne Urbaine Mondiale, Programme des Nations Unies (en anglais World Urban Campaign - WUC) est devenu partenaire officiel d’ONU Habitat et s’est engagé à promouvoir des villes durables.

L’Observatoire Ivanhoé Cambridge a intégré la Communauté #Urban Thinkers (Penseurs de l’urbain) au sein de la WUC. La WUC est une plateforme « plateforme partenariale de plaidoyer pour un changement urbain positif afin de créer des villes vertes, productives, sûres, saines, ouvertes et promues par un urbanisme stratégique. La WUC fait partie des initiatives du programme ONU-Habitat œuvrant à un meilleur avenir urbain. Elle est régie par un comité de direction composé des organisations partenaires d’ONU-Habitat et joue le rôle d’organe consultatif auprès du directeur exécutif d’ONU-Habitat, le Dr Joan Clos. »

Le colloque étudiant « La relève en architecture : Ouss qu’on s’en va ? » pour une septième édition s’est déroulé à l’École d’architecture de l’Université Laval.
C'est sous les thèmes de la culture de l'architecture et de l'architecture de la culture que s'est déroulé le colloque «Ouss qu'on s'en va? 2017», organisé par les étudiants de l'école d'architecture de l'Université Laval.

l’Association des Cycles Supérieurs en Aménagement (ACSA) a organisé son colloque annuel intra-universitaire Perspectives 360° pour la troisième année consécutive. L’ACSA a innové cette année en présentant le 23 mars un panel étudiant sur le thème « grandir dans une ville du Mexique » suivi du vernissage de la charrette Angiportus, charrette d’idées d’aménagement des entrées des ruelles montréalaises. Le colloque s’est clôturé avec la remise des prix OIC du public.

Cette conférence, à l’invitation du Docteur Doussou Lanciné TAORÉ, Recteur de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, s’inscrit dans le cadre de la mission effectuée par Michel Max Raynaud, expert mandaté par ONU Habitat, à la demande du Ministre de la Ville et du Territoire du Gouvernement de Guinée et de la Direction nationale de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme pour dispenser une session intensive de renforcement des capacités des cadres et décideurs du Ministère (26 février-10 mars 2017).

Éric Turcotte architecte et urbaniste de Stratégies Urbaines inc. (Toronto) a travaillé avec les étudiants de l’atelier de gestion de projets urbains dirigé par le Pr Michel Max Raynaud. Après une conférence séminaire sur la réurbanisation de Toronto et Ottawa Éric Turcotte a échangé et conseillé les trois équipes de l’atelier qui travaillent sur des projets structurants pour la ville de Montréal.

Les villes reconnaissent la nécessité d’investir dans le transport en commun. Elles veulent s’assurer que ces investissements amènent des impacts positifs, à court et long terme, sur la vitalité de leur collectivité. Cette conférence examinera le rôle que joue le transport en commun comme catalyseur pour la transformation de nos villes : à l’échelle de la ville, du quartier et de la rue. Diverses approches, stratégies, solutions et leçons apprises seront présentées et illustrées à partir de projets de Stratégies Urbaines.

Le paradis avait cela de bon qu’il n’offrait qu’une seule option, positive et éternelle pourvu que l’on accepte sa vie terrestre dans le respect de la providence. La Cité terrestre de Saint Augustin n’étant qu’une attente avant les félicités de la Cité céleste. En voulant construire son propre destin, l’Être humain renonçait aux promesses du paradis et acceptait l’incertitude et les risques d’un monde qu’il devait repenser lui-même pour l’améliorer.
Mais comment repenser le monde? Comment penser un ailleurs qui n’existe pas encore? Et comment repenser un ailleurs qui puisse tout en étant ailleurs servir de modèle ici-bas?

Le monde d’aujourd’hui est agité de mouvements de protestations qui mettent en cause le fonctionnement des systèmes politiques et la légitimité des institutions. Des débats au cœur même de la gouvernance. Dans l’urbanisation accélérée du XXIe siècle et la complexité croissante des problèmes urbains, la gouvernance urbaine, c’est l’entrée en scène de nouveaux acteurs dans la manière de gouverner la ville. Des initiatives existent qui abordent des enjeux liés à une réalité quotidienne d’aujourd’hui, mais les défis de demain doivent trouver place dans des gouvernances qui misent sur une durabilité à long terme. Un apprentissage démocratique pour aujourd’hui et demain.

Aller au haut