Les villes font la promotion de leur mobilisation pour la sélection nationale à la candidature des JO d’hiver 2018 en utilisant les sites Internet. Présentation territoriale, description et construction d’arguments composent ces sites qui sont des outils aux objectifs flous. Organisés pour convaincre les sélectionneurs de la motivation de la capacité d’accueil, chaque ville essaie de montrer des éléments différenciateurs qui sont finalement plutôt banals. Dans une lecture marketing, outre les aménités naturelles des sites candidats, la difficulté de différenciation s’explique notamment par la prise en compte incontournable de la population locale, véritable cible de ce vecteur d’information. Au final, Nice semble montrer plus d’audace tandis que Grenoble témoigne du minimum d’implication locale. Annecy, de son côté, joue sur sa dimension naturelle et donc moins métropolitaine que ses concurrentes.

 Version téléchargeable : Différenciation et compétition urbaine

Go to top