Responsables: Isabelle Thomas, Paula Negron (+ Alain Letourneau, Université de Sherbrooke)

Ce programme de recherche vise à cerner les enjeux et opportunités concernant l’adaptation aux changements climatiques et la construction de collectivités résilientes. Il permettra de réfléchir aux ingrédients qui permettent de co-construire par une démocratie participative et à différentes échelles spatiales, les piliers des villes durables de demain.
De nombreux évènements plus ou moins catastrophiques secouent les territoires urbanisés chaque année et les réponses intègrent tant une connaissance approfondie et un diagnostic précis des risques que des opportunités d’actions pour s’adapter. Il s’agit alors de comprendre les éléments qui accentuent la sensibilité des territoires tant sociale que territoriale, par l’analyse de cas d’étude précis. Il convient également de comprendre les besoins en termes de gouvernances afin de briser les silos et de mener le processus de prise de décision vers une adaptation socialement et éthiquement juste. Une compréhension de la perception et des besoins des divers groupes de population, particulièrement les plus vulnérables, ainsi que des élus est aussi nécessaire afin d’améliorer les apprentissages. Enfin. Des options d’adaptation durables et concrètes à différentes échelles permettant la concertation de milieux de vie résilients méritent une attention particulière pour constituer un cadre bâti de qualité.

Ce projet vise ainsi à répondre à la question suivante : Quels sont les ingrédients qui permettent de construire des collectivités résilientes et durables qui tiennent compte des capacités des populations et des territoires?

Projet 1 : Élaboration d’une méthode complexe visant à construire des collectivités résilientes au Québec (2017-2018).
Ce projet vise à établir les bases d’une méthode d’analyse des besoins tant intrinsèques que contextuels pour construire des collectivités résilientes. En se basant sur plusieurs études de cas dans des territoires aux caractéristiques morphologiques et sociales différents (Ex : la ville de Montréal, la MRC de Memphrémagog, les villes de St. Jean de Richelieu et Coaticook), le projet permettra de comprendre en premier lieu les éléments constitutifs de la vulnérabilité de ces territoires. Il s’agira ensuite de cerner les enjeux en termes de gouvernance afin de favoriser une adaptation résiliente. Ensuite, il conviendra de s’intéresser aux perceptions des risques des différentes collectivités. Pour finir, il s’agira de comprendre les opportunités d’adaptation et les incitatifs nécessaires visant à améliorer la résilience de ces collectivités.

Projet 2 : Vulnérabilité chez une population à risque : le cas des personnes âgées de la MRC de Memphrémagog (2018-2019)
Avec une population âgée représentant 23,1% de l’ensemble de sa population, cette MRC est un des territoires les plus vieillissants au Québec. La présence d’atouts naturels et la concentration de nombreux services de santé, ont attiré plusieurs personnes âgées vers ce territoire, faisant fleurir le marché des résidences pour personnes âgées dans la région de Magog, sans toutefois qu’il y ait une vision globale des implications d’un éventuel aléa sur ce groupe de population. Ce projet vise à analyser le niveau de vulnérabilité qui touche les aînés de la MRC de Memphrémagog. Le projet cherchera à répondre à quatre questions en autant d’étapes : Quel est le niveau de vulnérabilité des secteurs avec de fortes concentrations de personnes âgées? Quelles actions d’atténuation de risque ont été prévues par les autorités publiques? La localisation des résidences pour personnes âgées tient-elle compte des zones à risque d’inondation? Quels sont les secteurs qui offrent les meilleures opportunités de développement pour cette forme d’habitation?

 

Go to top