Le paradis avait cela de bon qu’il n’offrait qu’une seule option, positive et éternelle pourvu que l’on accepte sa vie terrestre dans le respect de la providence. La Cité terrestre de Saint Augustin n’étant qu’une attente avant les félicités de la Cité céleste. En voulant construire son propre destin, l’Être humain renonçait aux promesses du paradis et acceptait l’incertitude et les risques d’un monde qu’il devait repenser lui-même pour l’améliorer.
Mais comment repenser le monde? Comment penser un ailleurs qui n’existe pas encore? Et comment repenser un ailleurs qui puisse tout en étant ailleurs servir de modèle ici-bas?

Télécharger la conférence d’ouverture (PDF)

2017 CCA utopies 600
   
Go to top